Jouez les machines à sous gratuitement! Jouez craps gratuit! Jouez le blackjack gratuit! Jouez le roulette gratuit!
Jeu-Machines-Sous.com

Jeu-Machines-Sous.com

Accueil

Histoire des machines à sous

Machines à sous
- Machines à sous de casino -
- Machine à sous gratuite -
- MAS en ligne -
- Sims Slots -

MAS à telecharger

Machines à sous truquees

Ou et pourquoi jouer

FAQ des MAS

Enjeux Sociaux

Liens des MAS





Play Now!




Jeu aux MAS: Enjeux sociaux

Cliquez ici pour jouer les machines à sous gratuites!

Bien que nous ne soyons pas des experts en la matière, il n'y a probablement pas beacoup de chercheurs universitaires qui consacrent leur temps aux machines à sous non plus. C'est discutable, mais d'un autre coté, les résultats des recherches de ces universitarires sur les machines à sous se font dans un cadre épistémologique qu'il ne prennent même pas la peine de nous expliquer et qui se trouve sur des sites web que vous ne trouveriez jamais sur un engin de recherche. Les engins de recherche ne sont pas le fort des titulaires de doctorats, sauf lorsqu'ils travaillent pour Goggle. Ceci étant dit, étant donné notre expérience dans l'industrie du jeu, nous croyons être à même de vous fournir quelques pistes de réflexion.

Tout d'abord, est-ce que les machines à sous engendrent autant de dépendance que les autres jeux? Lorsqu'on pense à quelqu'un qui a un problème de jeu, on s'imagine facilement un homme d'age mûr qui ne peut conserver d'emploi stable et qui dépense passe toutes ces nuits à dépenser son argent aux tables de craps, de black jack et à la roulette. Un instant! Vous souvenez-vous de cet épisode des Simpsons dans lequel Marge se fait ensorceler par le seigneur ténébreux que Homer surnomme « Gamblor! » ? Les machines à sous sont dans la même catégorie que la drogue. La dépendance est toutefois différente. Les jeux de table jouent sur le hauts et les bas, les gains et les pertes, les arrivées et les départs de la même façon que les drogues. Par exemple, lorsqu'un utilisateur de cocaïne consomme, les molécules de cette drogue voyagent jusqu'au cerveau où elles empêchent la recapture du neurotransmetteur appellé sérotonine par les synaspes, et se sent tout à coup heureux. Ce bonheur étant le produit d'une action répétable, l'action est répétée souvent. De la même façon, lorsqu'un joueur de black jack gagne plusieurs fois de suite, il sent son sang bouillir, les jettons volent et la sérotonine est libérée dans le cerveau lorsque l'excitation culmine. Avec le temps, cette sensation est mentalement à l'action de parier et à l'excitation inhérente à la possiblité de gagner ou de perdre gros.

La différence? D'un coté, la cocaïne et autres drogues créent une dépendance physique qui exige la consommation de plus de drogue pour maintenir un certain niveau de base auquel le corps ou le cerveau s'est habitué. Le jeu d'un autre coté se définit comme un dépendance psychologique qui exige que le corps ou le cerveau répète certaines actions afin de résoudre une tension. Autrement dit, si vous faites quelque chose que vous aimez et que vous le faites souvent, vous pourriez resentir un manque lorsque vous arretez. La tension se situe entre votre désir de vous adonner à un plaisir auquel votre corps ou votre esprit s'est habitué et votre incapacité d'assouvir ce désir. Prennons comme exemple Arthur, qui regarde les Guignols chaque jour en rentrant du travail. Les jours ou les Guignols sont retardés à cause d'un match de foot, ils lui manquent et son corps le lui fait bien sentir. Quelques fois il n'a pas assez d'apétit pour diner, ou il saute son entrainement physique parce qu'il se sent moins énergique. La morale de cette histoire: les Guignols sont une nécéssité! Mais soyons sérieux. N'importe quoi peut créer une dépendance, de vous peigner les cheveux à vous brosser les dents. Lorsque vous associez quelque chose que vous faites régulièrement à quelque chose qui vous procure du plaisir, les risques sont infiniment plus élevés. Les parachutistes? Il doivent sauter, deviennent de mauvaise humeur lorsqu'il ne peuvent pas. Leur personalité change, leur besoin doit être satisfait. Les parieurs compulsifs? Même principe, n'est-ce pas?

Alors lorsqu'on examine les joueurs de machines à sous, comment est-ce que se compare leur dépendance à celles des joueurs d'autres jeux? Bien que nous n'ayons aucun chiffres sur lesquels appuyer nos conclusions, nous aurions tendance à dire qu'il ne sont ni plus ni moins accros. Toutefois, de nombreux aspects du jeux aux MAS le rendent moins enclin à engendrer une dépendance. Ce n'est pas un jeu dans lequel votre solde monte, descend, remonte et redescend, donc vous n'avez pas les hauts-bas classiques. D'un autre coté, l'aspect répétitif est des millions de fois plus important. Le geste que vous posez est très très très très très répétitif. Dont si vous avez déjà gagné aux MAS, et que cela vous a pris plusieurs heures, considérez vous comme dans le groupe à haut risque. C'est peut-être un peu exagérer, mais nous disons bien groupe à risque, et non groupe accro. Enfin, vos enfants sont dans un groupe à haut risque d'utiliser de l'héroïne simplement parce qu'ils vont à l'école publique, ce ne sont que des statistiques! Alors ne vous affolez pas. Mais regardez les choses d'un autre angle, si vous jouez aux MAS régulièrement vous avez: beacoup de répétition, des gains qui vous fournissent un coup d'adrénaline et la possibilité de recommencer ad nauseam.

Sommes-nous pour autant des accros? Non. Pourquoi? Peut-être parce que les symptomes précurseurs de la dépendance sont facilement reconnaissables. Nommément, un besoin incontrolable d'aller jouer qui survient à n'importe quel moment de notre vie de tous les jours: pendant que vous préparez à diner ou au travail. Si vous vous rendez compte que vous jouez au MAS de façon répétitive et prévisible (comme Simon et ses Guignols) vous devriez en parlez à un de vos prochez (quelqu'un qui ne joue pas aux MAS) et leur demander s'ils pensent que vous êtes un fana des MAS. La plupart des gens risquent de ne pas vous répondre honnêtement si vous posez la question en termes de dépendance, aussi la formulation dans un contexte de « fana » peut vous aider à obtenir une réponse plus près de la réalité.

Ne restez pas sur l'impression qu'il est impossible de s'amuser aux MAS sans développer de dépendance. Nous tennons simplement à vous faire comprendre que, même si vous n'avez jamais touché aux drogues et même si vous avez une personalité peu propice à la dépendance, vous n'êtes pas à l'abri de charme des machines à sous. C'est un passe-temps somme toute relativement sécuritaire quand on en connait les risques, de la même façon que si vous vous adonnez au skate ou à la menuiserie, vous devez être conscient des risques. Si votre passe-temps est les machines à sous, le plus grand risque est de devenir accro. Parlez-en à vos amis, faites-leur lire ce site. Plus les gens seront au courant des risques, meilleures sont les chances qu'ils s'en sortent sans perdre de plumes.